L'Investisseur Web #45

Faut-il (encore) acheter des sites 100% Amazon ?

Hello et bon Mardi !

Les sites Amazon se vendent comme des petits pains.

Mais est-ce vraiment une bonne idée d’acheter un site étant à la fois dépendant de Google ET d’Amazon ?

Vraie question. Et donc analyse !

C’est le sujet principal du jour.

Pour le reste, voici ce que te réserve cet épisode :

  • Une Thread Twitter pour te donner des idées d’optimisation de tes Landing (Money) Pages

  • Une explication sur le modèle de l’Asset Flywheel (accroche toi bien)

  • Des idées pour augmenter la valeur de ton site lors de sa revente

  • Des pistes pour apprendre à filtrer plus vite et plus efficacement les bons des mauvais sites lors de tes recherches

  • Une nouvelle offre de financement chez Qonto & October.eu

Bonne lecture et à mardi prochain !


🧐 Faut-il (encore) acheter des sites 100% Amazon ?

Les sites Amazon. C’est l’objet du dernier article publié par Mushfiq il y a quelques jours sur son blog. Et une vraie bonne question que je me pose, et que je discute régulièrement avec des investisseurs sur DotMarket.

Est-ce (encore) une bonne idée que d’investir dans des sites 100% monétisés par le biais du programme partenaire Amazon ?

Disclaimer : Mushfiq ayant mâché le travail, cet article est un mix entre une traduction de ses analyses et des ajouts personnels, bien entendu, histoire d’enrichir le tout ;-) !

C’est quoi un site Full Amazon ?

First things first.

Un site full Amazon, c’est un site dont la source principale des revenus provient … d’Amazon ! Et de son programme partenaire.

Un site 100% Amazon est en général un site de comparatif de produits ou de guides d’achats avec du contenu très commercial donc, mais dans des cas plus rares, cela peut aussi être un blog de contenu assez riche utilisant des liens Amazon ici et là pour gagner quelques euros.

Le 2nd est un bon investissement, avec peu de risques. Donc passons.

C’est le 1er cas qui m’intéresse ici. Le cas de ces sites qu’on peut souvent qualifier de MFA (Made For Amazon pour le coup). Petits, moyens, gros, peu importe. Ces sites sont créés avec l’objectif principal de pousser du contenu commercial monétisé par le biais de liens pointant vers Amazon.

Et depuis quelques mois (années ? je dirais 2 ans…) les choses ont bien bougé pour ces sites. Pas forcément en bien d’ailleurs….

Question donc, faut-il continuer à en créer et en acheter ?

7 avantages clés pour les sites Amazon

Commençons par les avantages. Car il y en a :

  1. Il est TRES facile de créer un compte affilié Amazon et de commencer à monétiser un site avec ce programme (là où d’autres platefomes sont plus restrictives). Pour commencer, c’est donc un endroit facile.

  2. Amazon est une plateforme reconnue avec son capital confiance déjà acquis auprès de nombreux acheteurs et acheteuses. Pas pour rien que les taux de conversions moyens sont régulièrement autour de 5-8% et peuvent aller jusqu’à 25% sur des niches et sites spécifiques !.

  3. Amazon paie ses affiliés sur toutes les ventes réalisées lors d’une session de shopping. Pas uniquement le produit sur lequel ton audience clique. Tu gagnes donc “à tous les coups”.

  4. Amazon couvre toutes les niches… et offre un choix gigantesque d’options. Quelle que soit ta thématique, tu peux donc monétiser avec Amazon à priori.

  5. Amazon paie toujours à temps. Pas de mauvaise surprise sur ce point !

  6. Une fois que tu sais monétiser 1 site avec Amazon, il est très facile de dupliquer le modèle à l’infini. C’est toujours la même chose !

  7. Les sites Amazon sont très demandés. Partout dans le monde. Ce sont ceux qui se vendent parmi les plus rapidement.

7 inconvénients à ne pas négliger

Passons maintenant aux faiblesses de ce type de sites….

  1. Les commissions sont relativement faibles dans la majorité des catégories. Tu trouveras souvent de meilleures commissions sur d’autres sites similaires (mais la conversion ne sera pas forcément aussi bonne).

  2. Amazon a une fâcheuse tendance à diminuer ses % de commission au fil des années. Demande aux Américains qui sont passés à 1 et 3% l’an dernier… Cela ne touche pas encore l’Europe, mais tôt ou tard, cela finira par baisser ici aussi.

  3. La durée des cookies n’est que de 24h (sauf si tu pousses directement à l’ajout dans le panier) ce qui est relativement court.

  4. Si tu n’as pas déjà un compte Amazon, tu vas ramer pour obtenir l’ouverture de la clé API et le débridage des appels API pour utiliser un plugin de tableaux comparatifs comme AAWP. Si tu démarres, un petit site passera, mais un “gros” site mettra du temps à revenir à son niveau de perf “automatisé”. Ou alors il faudra changer tous les liens à la main.

  5. Les sites Amazon ont régulièrement été ciblés par des updates de Google ces 2-3 dernières années. Jamais officiellement (sauf en 2018… mais rollback), mais toujours avec des pas en avant de Google pour pénaliser les sites à contenu fin, non unique, de type “faux avis”, etc..

  6. Les sites Amazon ont vu depuis 2 ans apparaître de gros concurrents avec la multiplication des guides d’achat proposés par de gros média (qui rament tellement à gagner des sous qu’ils ont vendu leur âme au diable) qui multiplient les contenus MFA.

  7. La valeur des sites Amazon diminue avec le temps, c’est un des types d’acifs avec le multiple le moins élevé à cause des risques liés à Amazon (il suffit d’une baisse de commission pour faire chuter la valeur à la revente d’un site)

Les sites Amazon ont donc de vrais atouts “simplicité”, mais sont aujourd’hui des cibles officielles pour Google et souffrent de la concurrence des gros médias, ce qui en fait des actifs plus “risqués” que pas mal d’autres sites affiliés.

Alors quelles sont les choses à auditer plus précisément avant d’acheter ce type de site ?

Il y a des points clés vraiment spécifiques à Amazon, mais de manière générale, je t’invite quoi qu’il arrive à analyser toutes les façons dont un vendeur de site peut potentiellement essayer de t’arnaquer avec cet article.

Voici maintenant les choses bien spécifiques à Amazon :

  • Vérifier que le vendeur n’utilise bien son ID que sur le site vendu. Petite arnaque connue, le coup de l’ID placé sur plusieurs sites pour booster les commissions… et la mauvaise surprise quand tu mets ton ID et ne récupère plus que les revenus issus du site… Tu peux vérifier cela en faisant une recherche d’ID sur Google (si lien pas cloackés), mais aussi en creusant la liste des produits vendus pour détecter la part des produits non liés à la thématique principale du site, ou encore en analysant le taux de conversion de l’ID par rapport aux visites du site. Taux trop élevé, commissions trop fortes pour un petit trafic, etc doivent te mettre la puce à l’oreille.

  • Vérifier que le compte du vendeur ne soit pas fermé. Si le vendeur a violé les règles Amazon, son compte peut être bloqué et le site avec. Tu peux toujours le faire re-examiner et valider avec ton compte, mais tu perdras du temps.

  • Vérifier que le site respecte les “règles” Amazon. Tricky…. La plupart des sites sont en infraction (images, disclaimer, prix, etc…). Ils ne sont pas pour autant pénalisés. Mais l’avoir en tête au moment du rachat peut soit te permettre de négocier le prix à la baisse si tu détectes des infractions, soit te donner ta to do liste initiale pour remettre tout dans les règles après l’achat.

  • Vérifier que le prix du site ait été calculé sur la base des % de reversement ACTUELS. J’ai vu pas mal de petits malins lister des sites (aux US, cela n’a pas eu lieu en France pour le moment) avec les anciennes commissions suite au passage à 1 et 3% toutes catégories confondues sur des groupes Facebook. Résultat, des ventes calculés sur des revenus plus du tout réels…

  • Vérifier que le prix du site ait été calculé HORS BONUS. Ils deviennent rares, mais certains éditeurs bénéficient encore de bonus Amazon. 5% au lieu de 4% sur une catégorie par exemple, ce qui booste leurs revenus et la valorisation. Penses à vérifier cet élément pour ne pas payer sur la base de 5% mais bien de 4.

  • Vérifier que le contenu soit unique. Beaucoup de sites font un simple copier coller des descriptions Amazon, ce qui rend le contenu global de faible qualité. Profites-en pour vérifier que le site ne soit pas juste un panier de pages sans contenu juste avec des tableaux Amazon. Tôt ou tard ce site sera pénalisé…

Conclusion : faut-il acheter des sites full Amazon ?

Oui, mais en faisant attention….

Je continue de penser que les sites Amazon restent un bon investissement, MAIS en excluant quelques thématiques, et en changeant drastiquement la façon de travailler “classique”…

J’en parlais avec le partage de cette vidéo de Matt Diggity il y a 2 épisodes, il est nécessaire aujourd’hui de te différencier pour ne pas être 1) dégommé par Google ou 2) noyé parmi les guides de gros sites média.

Je vois encore passer régulièrement de très bons sites 100% Amazon. Mais la plupart restent trop “basiques” et faits à l’ancienne pour se démarquer. Pour réussir sur cette approche, il faut évoluer. Changer la façon dont ces MFA sont construits, enrichir leur contenu, penser “marque” au lieu d’EMD, varier les contenus, etc….

J’éviterais de me lancer dans les thématiques déjà squattées par les gros médias (cookeo, aspirateurs, extracteurs de jus et j’en passe) pour me concentrer sur des niches plus obscures, plus petites, mais moins concurrentielles (je vais pas en lister ici, à toi de chercher).

Je chercherais dès le début à créer du contenu vraiment unique. Acheter les produits, prendre mes propres photos, donner un vrai avis, comparer, créer des vidéos. Bref, suivre les conseils vraiment pertinents de la vidéo de Matt et y aller A FOND dans la création d’un site spécial.

J’étudierais dès le début les options de génération de trafic HORS Google. Puis-je créer des réseaux sociaux pertinents ? Une newsletter ? Une chaîne Youtube ? Ceci afin de dès le débt pouvoir diversifier mes sources de trafic et créer une vraie audience, une vraie marque autour de ma thématique.

Enfin, forcément, j’étudierais comment monétiser AUTREMENT que par Amazon à moyen terme. Un eBook ? Un cours en ligne ? Mes propres produits ? Peu importe le moyen, mais trouver comment ne pas dépendre des variations de commission d’Amazon.

J’ai un peu dévié des conseils fournis par Mushfiq, donc je te mets SON article et sa vision juste ici de nouveau, je pense qu’avec nos 2 approches, tu devrais avoir une idée assez claire des avantages, inconvénients, risques et opportunités pour ce type d’actifs digitaux !


🤓 Une question ? J’y réponds la semaine prochaine dans cette Newsletter !

Tu as une question sur les sujets liés à l’achat ou la revente d’un business digital ? Tu peux désormais là poser directement ici, et RDV la semaine prochaine pour les réponses :-) ! Je ne pourrai pas toujours inclure toutes les Q&R dans l’épisode, mais je répondrai toujours au moins en privé à celles soumises !


✅ Les actualités marquantes & intéressantes de la semaine :

Une sélection (courte cette semaine) de news toutes aussi courtes avec le lien pour en savoir plus si le sujet t’intéresse :

Une Thread Twitter pour te donner des idées d’optimisation de tes Landing (Money) Pages

Il n’y a pas que le SEO sur un site, il y a aussi le CRO (Conversion Rate Optimization). Eh oui, une fois l’audience acquise sur ton site, encore faut-il là convertir pour générer du profit (sauf si tu as juste de la pub, et même là il y a des pistes d’opti).

Depuis quelques mois, le CRO est un gros sujet sur plusieurs de mes sites. Objectif : générer PLUS avec le même nombre de visites mensuelles. Pour cela, il faut tester, tester, tester….

Alors quand je suis tombé sur cette thread twitter, j’y ai direct plongé mon nez pour en sortir quelques nouvelles idées à tester sur mes pages de vente.

En espérant que tu y trouves également de quoi t’amuser !

PS : ces idées peuvent pour plusieurs d’entre elles être appliquées même sur une page de contenu, de review ou de comparatif de produits. A toi de faire preuve de créativité !

Comment augmenter la valeur de ton site pour sa revente ?

Attention, pas de formule magique pour doubler le prix de vente de ton site en 30 jours dans cet article. Mais de vraies bonnes pistes pour augmenter sensiblement la valeur de tout site sur une période de quelques mois AVANT sa revente.

Le prix de vente d’un site est en général calculé sur la moyenne des 6 à 12 derniers mois de profit net mensuel. 12 si saisonnier, 6 si forte croissance (non conjoncturelle) pour faire simple.

Ce qui signifie que si ton site génère aujourd’hui 1 000 euros en moyenne depuis 12 mois, il vaut entre 18 et 25 000 euros (selon sa thématique, les modes de monétisation, et pas mal d’autres critères).

En optimisant ses revenus, par exemple avec les pistes de l’article partagé plus haut, si tu montes à 1500 euros le mois prochain, la nouvelle base de calcul ne sera pas encore 1 500 euros / mois, mais (1 000 x 11 + 1 500) / 12 = 1 041 euros.

Tu l’auras compris, il te faudra donc attendre quelques mois quoi qu’il arrive pour que cette hausse, même significative, se reflète sur la MOYENNE des revenus à l’année. Pas de recette magique pour tripler ton prix de vente demain, mais de vraies idées pour le tripler d’ici quelques mois ;-) !

Acheter, développer, revendre pour racheter mieux, plus vite, plus gros : The Asset Flywheel”

Une petite pépite de Greg Elfrink (d’Empire Flippers) sur la stratégie de l’Asset Flywheel.

Je te laisse lire l’article complet pour obtenir tous les détails car il est assez riche et fait bien réfléchir, mais en résumé, cette approche repose sur l’idée la 1ere vente d’un actif digital permet de débloquer un capital qui, bien réinvestit, “enclenche” un cercle positif.

  • La 1ère vente débloque du capital.

  • Le capital permet de racheter 1 ou plusieurs sites “existants” (sites avec potentiel de croissance bien entendu).

  • Ces sites permettent de re-générer rapidement le capital initial grâce à leurs revenus et d’obtenir un effet levier auprès de banques notamment.

  • La vente d’1 ou plusieurs de ces sites par la suite permet de faire accélérer la “roue”, et de rendre possible de nouveaux achats.

  • Et ainsi de suite.

Une approche qui nécessite une vision et de la rigueur pour planifier à chaque fois la “bonne” exit qui permettra de faire entrer le “bon” prochain site. Mais vraiment, je t’invite à décortiquer son article, je suis persuadé qu’il te fera à minima réfléchir.

Et pas besoin de jouer à l’Asset Flywheel sur des sites à 10M au début, cela fonctionne aussi très bien sur des sites à quelques centaines ou milliers d’euros ;-) !

Comment faire rapidement le tri entre les sites à acheter ?

C’est un sujet déjà abordé, mais pour nous, chaque nouvelle “idée” permettant de filtrer plus vite et plus efficacement les BONS des MAUVAIS sites est bonne à prendre pour être plus efficace !

Chaque semaine, nous recevons de plus en plus de dossiers qu’il faut auditer avant de pouvoir les proposer à nos acheteurs et acheteuses. Pour aller plus vite, nous avons développé un modèle de pré-audit pour limiter le temps passer en AMONT et éliminer un maximum de sites avant même d’attaquer le vrai audit.

Chaque fois que nous pré-auditons ou auditons un site, nous enrichissons notre liste de petits “trucs” qui peuvent mettre la puce à l’oreille et aider, la prochaine fois, à éliminer un site encore plus vite.

C’est pour cela que je lis toujours attentivement ce type d’articles afin de voir si j’y trouve de nouvelles idées pour apprendre à filtrer les sites. Bon, sur celui-ci, rien de neuf pour nous tout est déjà dans la liste, mais qui sait, tu y découvriras peut-être 1 ou 2 astuces utiles pour TES propres recherches ;-) Bonne lecture !

Source : la dernière NL d’Investing.io


🥳 October & Qonto s’associent pour faciliter l’accès aux petits emprunts (notamment sur DotMarket)

Un gros sujet que le financement… Il y a quelques mois, nous avons signé un partenariat avec October.eu pour simplifier l’obtention de prêts pour l’audience acheteuse sur DotMarket (voir les détails ici).

Cependant, les conditions d’accès restent très strictes (250K de CA, 3 ans d’ancienneté) et éliminent pas mal de plus petites structures !

Bonne nouvelle, October et Qonto ont annoncé lancer une nouvelle offre de prêt de 15 à 30 000 euros, format prêt classique ou PGE.

Les conditions restent très précises et limiteront l’accès à encore beaucoup de boîtes, mais c’est un pas en avant. Voici les détails :

  • Il faut être client Quonto

  • Il faut avoir 1 an d’ancienneté chez Qonto

  • Il faut avoir réalisé 100K de CA sur les 12 derniers mois (grosso modo)

Ceci devrait permettre, sur quelques dossiers, de pouvoir débloquer rapidement des fonds (15 à 30K pour rappel). En espérant que ce type d’initiatives se développe avec d’autres banques et permettent enfin de simplifier l’obtention de petits à moyens prêts pour l’achat d’actifs digitaux !

L’offre est disponible directement sur Qonto.


Les derniers sites mis en vente sur DotMarket

Stay Tuned, dans les 10 prochains jours, pas moins de 5 dossiers devraient être mis en ligne sur DotMarket, sur des budgets allant de 15K à 150K !


Merci pour ta lecture ! Si tu n’es pas encore inscrit.e sur notre Liste D’Investisseur.e.s, pense à le faire juste ici pour être informé.e en priorité des prochains sites à vendre sur la plateforme !

Et RDV Mardi Prochain pour un nouvel épisode, d’ici là, bonne semaine à toi, et merci à celles et ceux qui chaque semaine prennent le temps de nous adresser un petit message, email ou partage de soutien ! It does make a difference 🥰 !

Share